D’autres produits dérivés du blé que le pain (2)

Une lecture le temps d'une pause café
Répondre
En ligne
Avatar du membre
Marc
Administrateur
Administrateur
Messages : 4701
Enregistré le : dimanche 31 août 2003, 08:13
Catégorie : Artisan retraité(e)
Localisation : 50°25'31.50"N 6° 1'59.57"E
A remercié : 84 fois
A été remercié : 342 fois
Sexe :
Zodiac : Sagittaire
Âge : 66

D’autres produits dérivés du blé que le pain (2)

Message par Marc » dimanche 17 juil. 2016, 08:19

Image
Aux 4F du marché céréalier, j'ajoute ici un cinquième F et secteur: la finance.
A Chicago, la plus ancienne bourse du blé au monde -Chicago Board of Trade- il s’échange 46 fois le volume de la production mondiale du blé.
Chaque année au Monde, c’est en fait 200 fois la production réelle qui s’échange.
Cette frénésie a commencé il n’y a pas tellement longtemps c’était en 1990.
Le commerce mondial du blé c’est principalement la part de blé qui part à l’export
Il ne s’exporte qu’1/5 de la production mondiale, la France c’est +/- 50 % de blé qui part à l'export et 16 % pour la meunerie-boulangerie-pastification, ce n’est rien par rapport à des pays comme le Canada et l’Australie qui sont entre 75 à 90 % pour l’exportation de leurs blés.
Depuis deux décennies, les stoks mondiaux de blé baissent.
C’est voulu, pour donner un exemple la CE n’a plus octroyer des prix d’intervention pour diminuer le stockage couteux et à la demande des autres producteurs de blé, traitant l’intervention -prix plancher- de dumping.
Du coup, le marché du blé est devenu un marché sous tension comme l’aime les spéculateurs
D'ailleurs cette année 2016, la récolte ne s'annonce pas bien en Europe et meilleur en Amérique, cela risque de créer un marché tendu.
On a enregistré une hausse d’intervention de 2300 % sur le marché du blé en 5 ans de la part des gros fonds d'investissements.
Les plus gros spéculateurs -les fonds de pension- veulent un gain sur leurs placements d'argent, de 12 à 14 % et ils ne le trouvent plus en jouant les actions en bourse comme on joue au casino.
Les anciens gros marchand de blé ont d'ailleurs développé une activité de conseil dénommée "gestion du risque" de par leur fine connaissance du marché du blé. Pour plus d'infos, voir ici

A l’intérieur des bourses, ce qui surprend c’est les frénétiques langages des signes que lancent les traders.
Image
Aujourd’hui, les transactions électroniques prennent quelques millisecondes pour acheter ou vendre et répondre aux frémissements des cours.
En décembre 2012, il s’est traité une moyenne de 29.000 contrats de blé à la bourse de l’Euronext Paris, à peine une sur cent transactions débouche sur une réelle livraison de marchandises.

Cela c’est l’ambiance des bourses, mais rappelons-nous principalement en 2008, les émeutes de la faim
Essayons de comprendre que le maillage social de pays d’Afrique par exemple est composé encore en majorité de paysans et que ceux-ci ne savent pas produire le blé au prix du blé importé et du coup, pense à émigrer vers nos pays et traverse la mer.
Image


Principales sources: Florence Thinard « Richesse et démesure -Le grand business des plantes, éditions plume de carotte, 2015


Une information a diffuser > BN © Boulangerie Net


Bon pain
Marc

Répondre