Brèves sur la conservation des céréales

Avec Mr Marc Dewalque.
Répondre
Avatar du membre
Marc
Administrateur
Administrateur
Messages : 4693
Enregistré le : dimanche 31 août 2003, 08:13
Localisation : 50°25'31.50"N 6° 1'59.57"E
A remercié : 81 fois
A été remercié : 343 fois
Sexe :
Zodiac : Sagittaire
Âge : 66

Brèves sur la conservation des céréales

Message par Marc » jeudi 01 sept. 2016, 08:43

Image

La conservation des céréales a tout de suite fait un point de force pour les civilisations qui voulaient s'étendre.

On en fini pas de découvrir d'anciens silos à grains qui étaient enterré.
Image
Sur la photo ici, c'était près de Carcassone
On vient maintenant d'en découvrir un grand site -des centaines petits silos- en Auvergne, comme le signale l'article du Monde cité à la fin du post.
Au XIXéme siècle, les travaux de Guillaume-Louis Ternaux -1825-, démontrent que la conservation sous-terre conduisait à beaucoup de problèmes d'étanchéité et conduisait à des fermentations qui faisaient que les ouvriers ne pouvaient pas se pencher ou descendre trop longtemps pour décharger les grains, tellement la présence de CO² incommodait.

Un siècle avant, au XVIIIéme siècle, l'anglais Halles et le français Duhamel de Monceau formulèrent des propositions avec des structures permettant de conserver non plus en terre mais dans des cellules avec possibilités d'aérer celles-ci.
Par après, c'est sur la hauteur plutôt que sur la largueur que s'étendront les silos à grains pour devenir de "piètres -en esthétique- cathédrale " de campagne.
On sait que pour conserver le grain, il faut que dans l'ambiance de ces cellules, celui-ci obtienne un taux d'humidité d'au moins 14,5 % pour bien se conserver et empêcher ainsi d'être un milieu où les champignons s'installent.
Image

Pour lutter contre les insectes, c'est le froid qui empêche le développement de ceux-ci, et descendre jusqu'à 11°C est l'idéal.
Pour ce faire empiriquement, on introduit l'air pendant la nuit et si la différence entre la température du jour et de la nuit est de plus 10°C cela vaut la peine, autrement pas.
Les charançons étaient considérés comme "les pires ennemis du blé" puisque grâce à leur "roste"-trompe- ils forent un trou et pondent leurs oeufs à l'intérieur du grain afin de procurer de la nourriture à leurs progénitures.
Les autres "scarabées" du grain n'ont pas cette faculté, mais il profiteront de l'ouverture opérée par les charançons.
Image

Pour voir l'article du Monde, suite...

Une information a diffuser > BN © Boulangerie Net


Bon pain
Marc

Répondre