Encore un regroupement dans le secteur semencier

Une lecture le temps d'une pause café
Répondre
En ligne
Avatar du membre
Marc
Administrateur
Administrateur
Messages : 4701
Enregistré le : dimanche 31 août 2003, 08:13
Catégorie : Artisan retraité(e)
Localisation : 50°25'31.50"N 6° 1'59.57"E
A remercié : 84 fois
A été remercié : 342 fois
Sexe :
Zodiac : Sagittaire
Âge : 66

Encore un regroupement dans le secteur semencier

Message par Marc » mercredi 14 sept. 2016, 14:50

Image
Cela s'est passé aujourd'hui, Bayer a racheté Monsanto
Au cas ou vous ne suivez pas, voici les regroupements opérés dans le domaine de la semence, ces derniers temps -il faut bien suivre-
On parle en dollars.
• En 1996, deux géants suisses Ciba-Geigy et Sandoz se marient pour créer Novartis.
• En 1998, Rhone-Poulenc et Hoechst (précédement en joint-venture avec Schering dans AgrEvo et qui avait acquis Plant Genetic Systems), fusionne et crée Aventis
• En 1999, nouveau mariage, Novartis avec Astra Zeneca pour créer Syngenta.
• En 1999 Du Pont (qui a acquit à prix fort-10 milliars, OPA sur Pionner Hy-Bred) a flirté sans succès avec Monsanto
• Monsanto qui se « mariera » avec Calgene, DeKalb, Asgrow puis Pharmacia Upjohn en 1999, Seminis Vegetable Seeds en 2005 acheté pour 1,4 milliards de $.
• En 2003, l’ensemble Aventis sera repris par Bayer.
• En 2016, ChemChina -China National Chemical Corp, société du parti communiste chinois- achète Syngenta pour 43 milliards, c'est annoncé depuis février et devra encore être confirmé par une commission aux States. (Ce n'est pas pour la cause, qu'on dit que le suisse Syngenta passe dans le rouge)
• En 2016, ce jour, Bayer a racheté Monsanto pour 60 milliards en septembre 2016

Il conviendrait de faire évoluer le proverbe "C'est toujours le gros qui mange le petit" par "C'est maintenant le super gros qui mange le très gros"

Quand on sait que tout commence par la semence et notamment le formatage de l’agro-alimentaire
Quand on sait que depuis quelques décennies, on a tout fait pour que la semence perde de sa fonction et de sa qualité de regermination par l’adoption de l’hybride à presque 90% pour les fruits et légumes et la volonté d’abord d’obtenir une « sécurité économique » pour le commerce des semences- Voir l'épisode Terminator.
Que depuis les années 1980, le secteur phyto-pharmaceutique a investit et racheté les petits groupes semenciers afin de rendre la graine dépendante des pesticides qu’ils vendent.
Quand on lit cette "trajectoire", on peut tout craindre de ces puissances financières.

Image





Une information a diffuser > BN © Boulangerie Net


Bon pain
Marc

Répondre