|
Moulins de Chars
Compagnon
EASYBOX
Boulangerie.NET
Le portail des artisans
Connexion
Interim Co
Panessiel
Rubaco-Etiquette


Connexion avec un réseau social:

Messagepar Laurent le Mercredi 10 Fév 2010, 13:40 Sujet du message: Le « sens » de l’artisan

Le « sens » de l’artisan
Auteur Gaston JOUFFROY
Entretien avec Gaston Jouffroy qui a exercé le métier de menuisier ébéniste avant de soutenir une thèse à l’école des hautes études en sciences sociales sur « Autorité et pouvoir dans les institutions » et de créer un cabinet d’intervention sur le fonctionnement des institutions.

Comment définissez-vous l’artisanat ?
Gaston Jouffroy. D’une façon générale on peut dire que « l’artisan est celui qui sait travailler la matière en respectant les règles de l’art pour arriver à créer ou produire une œuvre ». Par « règles de l’art », j’entends des règles qui assurent la cohérence d’une œuvre en termes de qualités d’usage, de fonctionnalités techniques et d’esthétique, mais j’inclus également la déontologie.
A cet égard, le compagnonnage me semble le meilleur des exemples car sa philosophie exprime les exigences humaines et sociales ainsi que les contraintes techniques qui constituent la cohérence du métier.

Dire qu’un artisan « a du métier », cela a vraiment un sens...
Quand on dit qu’un artisan « a du métier », cela signifie qu’il a de l’expérience et du savoir-faire, mais aussi qu’il sait donner du sens à son ouvrage, comprendre comment le dispositif qu’il crée va s’articuler, comment les autres vont s’en servir. En ce sens, l’artisan doit être capable d’anticiper, de prévoir, de savoir où telle ou telle pièce trouvera sa place dans son œuvre. Un électricien, un ébéniste, un charpentier doivent avoir cette intelligence de l’anticipation. Ces métiers sont typiquement des métiers « signifiants » (on sait tout de suite ce qu’ils font), par opposition aux métiers « signifiés » que l’on interprète sans bien savoir ce qu’ils recouvrent (par exemple, le métier d’informaticien).

Comment l’industrialisation a-t-elle changé la donne pour l’artisan ?
L’industrialisation et la mécanisation, aidées par le taylorime, ont « cassé » certains métiers en isolant les compétences successives au détriment de la compréhension globale, c’est-à-dire de l’intelligence. S’ajoute à cela la liberté prise par rapport aux règles de l’art au nom des simplifications techniques, mais parfois aussi par ignorance.
Les escaliers industriels dits « à quartier tournant » en constituent un exemple criant à mes yeux. Une majorité de cette production prend des libertés par rapport aux règles (de l’art) du balancement et de la ligne de foulée (rapport entre hauteur et largeur de marche par rapport au balancement) ce qui rend l’usage de ces « œuvres » inconfortable, voire dangereux. L’industrialisation constitue dans ce cas une vraie régression...

Des métiers ont disparu dans cette évolution...
Oui, c’est vrai. Le métier d’un artisan était assez déterminé par la matière qu’il travaillait. Ainsi, le charron était un spécialiste du bois qui fabriquait des carrosses puis ce qu’on appelle maintenant des carrosseries. Il paraît difficile de dire que les carrossiers actuels sont dans l’héritage des charrons ! Ils ont acquis un nouveau métier, travaillent un autre matériau nécessitant de nouvelles compétences, d’autres processus et d’autres tours de main.
Mais la technologie a aussi fait évoluer certains métiers sans pour autant rompre avec les matériaux : c’est le cas des tailleurs de pierre, par exemple.

Ne voit-on pas apparaître de nouveaux métiers ?
Si l’on considère qu’un métier est la maîtrise d’un ensemble de compétences et l’art de les inscrire dans un processus en vue de créer, de reproduire ou remettre en état une œuvre, on peut penser que de nouveaux métiers sont à définir et prévoir l’apparition de nouveaux artisans.
Le domaine de l’informatique me paraît être l’un de ceux qui devront s’organiser pour proposer une offre bien perçue, en proximité des usagers. Ces nouveaux informaticiens travaillent ou travailleront sur la mise à disposition des outils informatiques. Cela signifie qu’ils doivent proposer des services très ciblés permettant d’assurer le transfert de l’usage et la maintenance technique des outils.

Quelle est la dimension locale de l’artisanat ?
C’est une dimension essentielle. L’artisan est celui qui travaille plutôt individuellement et vit dans un contexte de proximité avec ses clients. Ses relations se font à travers le « faire » et le « faire ensemble », dans le cadre d’un système maîtrisable. Cela lui donne un rôle social très important et particulier. Il est complètement intégré au tissu social et à la vie locale.


Quand vous définissez le métier de l’artisan, vous faites référence à un travail manuel...
Oui, l’art de l’artisan est d’abord manuel. Malheureusement, les compétences manuelles ne sont ni assez reconnues ni assez rémunérées en France. Globalement, le travail manuel est moins payé que le travail intellectuel, ce qui pose problème. La concurrence sur les prix que se livrent des artisans entre eux n’arrange rien !
Pourtant, il serait important pour la société de revaloriser le travail manuel. Le travail manuel a du sens pour tous alors que nous vivons une perte générale de sens. Regardez l’enfant : il ne sait pas à quoi va lui servir ce qu’il apprend... Or, l’artisanat peut être une formidable école de transmission du savoir : il suffit que l’artisan accepte de se laisser regarder. C’est grâce à sa faculté de comprendre ce qu’il aura observé que le jeune deviendra à son tour artisan.

Quelles sont les qualités d’un artisan ?
Il doit être rigoureux (pas rigide), consciencieux, intègre mais aussi une personne de contact. Il me semble qu’un artisan n’est pas « au service d’un client » – cette notion de service est trop unilatérale – mais est plutôt une « personne ressource », un conseiller dans un rapport de plus-value mutuelle. On doit pouvoir dire dans son domaine que c’est une personne « de bon conseil ».

Il a aussi des contraintes...
Bien sûr. D’abord, les évolutions techniques : il doit les maîtriser, les intégrer et en tirer le meilleur parti. Ensuite, l’industrialisation : elle a vraiment affecté certains métiers, comme la charpente ou la menuiserie. Les artisans ont dû y faire face et adapter leur offre en conséquence. Mais il leur faut également bien gérer leur entreprise – ce qui n’est qu’une compétence annexe pour eux –, et aborder le marché avec réalisme.

Quelles différences faites-vous entre artisan, profession libérale, TPE... ?
Au-delà du statut juridique et fiscal, je dirai qu’un artisan est plutôt manuel, et la profession libérale « mentale » ou « intellectuelle ». Maintenant, entre artisan et travailleur indépendant, je ne vois pas de grosse différence. Les deux statuts donnent la possibilité de travailler seul ou avec des salariés. En revanche, la TPE renvoie à la notion d’entreprise, c’est peut-être plus sécurisant pour travailler à plusieurs...

Faut-il opposer l’artisan et la grande entreprise ?
Opposer, je ne sais pas. Les discerner, certainement. Leurs relations sur le marché les ont souvent situés en concurrence, dans un rapport de force inégal. Les grandes entreprises, et notamment dans le Bâtiment, ont souvent pris les artisans comme prestataires de services, dans des systèmes de relation allant du partenariat au fournisseur, dans un rapport donneur d’ordres sous-traitant, dominant/ dominé.
Pour ma part, je pense que la grande entreprise et les artisans ne jouent pas dans la même cour et la logique structurante n’est pas la même. L’artisan est dans un métier, la grande entreprise est structurée par la logique économique à dominante financière.
Bonneau Laurent ∴         "La vérité sort du four"
Image
Homme Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur
Administrateur
 
Âge: 54 ans - balance balance
Messages: 7103
Recettes: 26
Enregistré le: Vendredi 29 Aoû 2003, 15:03
Localisation: (48.8478000, 2.2609000)
Pays: France (fr)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 15,619.00
Safari: Safari 
Point de réputation: 125
A remercié: 321 fois
A été remercié: 71 fois

Messagepar Marc le Mercredi 10 Fév 2010, 13:53 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

Magnifique texte, ca coule dans l'oreille bravo
Bon pain
Marc
Homme Avatar de l’utilisateur
Marc
Administrateur
Administrateur
 
Âge: 65 ans - sagittaire sagittaire
Messages: 4796
Recettes: 0
Enregistré le: Dimanche 31 Aoû 2003, 09:13
Localisation: 50°25'31.50"N 6° 1'59.57"E
Pays: Belgium (be)
Macarons: 56,893.00
Firefox: Firefox 
Point de réputation: 421
A remercié: 167 fois
A été remercié: 389 fois

Messagepar tmartin le Mercredi 10 Fév 2010, 14:04 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

Laurent a écrit:Le « sens » de l’artisan
Auteur Gaston JOUFFROYQuelles différences faites-vous entre artisan, profession libérale, TPE... ?
Au-delà du statut juridique et fiscal, je dirai qu’un artisan est plutôt manuel, et la profession libérale « mentale » ou « intellectuelle ».


OK, le prochain, je le fais "sans les mains"
:-))
Je suis absolument et résolument sur et certain de ce que j'avance...
Jusqu'à temps que je change d'avis et que j'en pense le contraire.

Thierry
Homme Avatar de l’utilisateur
tmartin
Membre confirmé
Membre confirmé
 
Âge: 60 ans
Messages: 556
Recettes: 0
Enregistré le: Lundi 02 Nov 2009, 12:20
Pays: Reunion (re)
Macarons: 6,458.00
Point de réputation: 113
A remercié: 1 fois
A été remercié: 16 fois

Messagepar Marie le Mercredi 10 Fév 2010, 21:44 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

Il a raison, les "professions libérales" s'adressent aux médecins, notaires, avocat, etc.... pas de fabrication de rien du tout dans cette catégorie socio professionnelle...
Image
Femme Avatar de l’utilisateur
Marie
Modérateur
Modérateur
 
Âge: 58 ans - poissons poissons
Messages: 10260
Recettes: 0
Enregistré le: Mardi 02 Mar 2004, 15:45
Localisation: IDF
Pays: France (fr)
Macarons: 29,904.00
Firefox: Firefox 
Point de réputation: 298
A remercié: 34 fois
A été remercié: 202 fois

Messagepar tmartin le Jeudi 11 Fév 2010, 06:15 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

:lapaix

"pas manuel", donc dentiste "sans les mains et " et "pas de fabrication", donc un opticien par exemple, vous vendra maintenant des lunettes toutes faites "comme au supermarché"... Et si on trouve qu'il ne transforme pas assez le produit de base, parceque les montures sont toutes faites et que la concavité des verres est faite en usine (mais ça arrive en grand disque) alors un électricien ne serait pas un artisan ? Voici la liste des professions libérales, réglementées ou non, plus ecclectique, tu meurs.
Foin de considérations capillicultrices, surtout que d'un autre côté si on considère qu'un boulanger c'est tout dans les mains, rien dans la tête, quelle drôle d'idée vous vous faites de votre profession !?
hoooo!

Profession libérale, c'est seulement un statut juridique, et commencer a opposer des professions que tout rapproche fera gentiement le jeu de ceux qui aimeraient bien nous mettre à leur botte. Ce pour je vois d'un très bon oeil les syndicats qui regroupent tous les indépendants, puisque nous formons tous des micro-entreprises, bien qu'il y ai une autre opposition a éviter, celle des salariés de l'artisanat, qui font certes un métier artisanal, mais qui ne sont pas des artisans et qui n'ont pas a se sentir exclu, puisque statut d'entrepeneur mis à part, statut que supporte d'ailleurs souvent madame si je vous lis bien... (et moi donc) ils font le même métier.

un beau métier :bonpain

ALT
Je suis absolument et résolument sur et certain de ce que j'avance...
Jusqu'à temps que je change d'avis et que j'en pense le contraire.

Thierry
Homme Avatar de l’utilisateur
tmartin
Membre confirmé
Membre confirmé
 
Âge: 60 ans
Messages: 556
Recettes: 0
Enregistré le: Lundi 02 Nov 2009, 12:20
Pays: Reunion (re)
Macarons: 6,458.00
Point de réputation: 113
A remercié: 1 fois
A été remercié: 16 fois

Messagepar Wilfrid A le Jeudi 11 Fév 2010, 09:35 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

pour mon épouse infirmière en dialyse et en libéral ,le geste technique est très important ,certes elle ne crée pas au sens propre du terme ,mais elle utilise ses mains et son intelligence au même titre que nous ,nous n'avons pas la santé des clients directement en jeu (quoi-que!!) mais nos actes sont tout aussi importants sur la qualité de ce que l'on fait ,au même titre qu'une infirmière peux rater une veine ,ou parfois faire mal ,ce qui n'est pas le but ,j'aime bien ce texte qui met en évidence les sens dans le mot "artisan". :je t aime bien
Homme Avatar de l’utilisateur
Wilfrid A
Animateur
Animateur
 
- lion lion
Messages: 1907
Recettes: 0
Enregistré le: Lundi 29 Mai 2006, 16:30
Pays: France (fr)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 12,221.00
Firefox: Firefox 
Point de réputation: 25
A remercié: 4 fois
A été remercié: 27 fois

Messagepar Marie le Jeudi 11 Fév 2010, 10:30 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

Je vous laisse à vos considérations, messieurs, je n'ai ni le temps ni l'envie de palabrer sur le sujet. J'ai personnellement compris le sens des paroles de Gaston Jouffroy de la façon dont je le dis et je crois que c'est là le sens de son propos... Rien de plus !

:Cool
Image
Femme Avatar de l’utilisateur
Marie
Modérateur
Modérateur
 
Âge: 58 ans - poissons poissons
Messages: 10260
Recettes: 0
Enregistré le: Mardi 02 Mar 2004, 15:45
Localisation: IDF
Pays: France (fr)
Macarons: 29,904.00
Firefox: Firefox 
Point de réputation: 298
A remercié: 34 fois
A été remercié: 202 fois

Messagepar tmartin le Vendredi 12 Fév 2010, 05:50 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

Wilfrid A a écrit:pour mon épouse infirmière en dialyse et en libéral ,le geste technique est très important


Le libéral n'est pas simplement constitué de notaires et de médical, j'ai posté un lien au dessus, qui a du passer inaperçu ?
Cela va du guide de haute montagne en passant par le technicien du batiment, il ya des professions non commerciales et des professions commerciales, des professions qui ne produisent pas d'objets "matériels", d'autres si. De même il ya des artisans qui ne produisent rien, (un plombier, un électricien...) des artisans qui ne créent rien, sous les directives de libéraux qui eux, créent (par exemple dans le batiment), des artisans qui n'ont pas le statut d'artisan (cuisiniers), etc.
Et peut on dire, parceque ce qui est visible c'est le geste, que les métiers dits manuels ne supposent aucune connaissances et aucun processus intellectuels ? allons donc ! Même si la réflexion ne porte pas sur le même objet, puisque ce sont des métiers diférents, la tache globale qui va de l'approche du probleme, de la réflexion, puis du geste technique et enfin de sa répétivité toujours adaptée est-elle fondamentalement différente entre un ebeniste (artisan) qui va réaliser un escalier tournant et un chirurgien (salarié! et pas libéral!) qui va poser une prothese de hanche, un technicien du batiment (libéral) qui va diriger la construction d'un pont et un chef de cuisine (salarié ou chef d'entreprise et pas artisan) qui dirige son staf pour la mise en place ?

Ce ne sont que des corporatismes juridiques !
Ce ne sont que des distinctions juridiques !
La loi (les élus) a regroupé des métiers (que souvent rien n'assemble) sous le nom d'artisanat et leur a donné forme juridique.
Si demain la loi, comme elle l'a fait pour les instituteurs devenus professeurs des écoles, les professeurs d'EPS devenus agrégés, dit que les boulangers devront avoir un doctorat pour être maitre d'apprentissage et que leur forme juridique est libérale,
alors ce sera.


Il est dommage que le sentiment corporatiste ou que la distinction manuel/intellectuel continue a perdurer en 2010 et que certains s'offusquent qu'on puisse en douter. Il est dommage que l'on perçoive les corps de métier comme dichotomiques: Noir/Blanc, Manuel/Intellectuel, comme s'il n'y avait que d'un côté des Docteurs House et des Maitres Verges et de l'autre des Lenôtre et des Stradivarius (*)
Il est encore plus dommage qu'on manifeste encore un manque de reconnaissance, alors que le probleme ne se pose même pas, d'ailleurs s'est il jamais posé ? (*): quand on appelle quelqu'un Maître, sans que ce soit parcequ'il a passé une maitrise, je suppose qu'il a la reconnaissance, et pourtant le luthier susnommé n'est pas né d'hier ! la corporation des boulangers date des Egyptiens, si la mémoire de certains nous sont parvenus à travers les millénaires, c'est que c'étaient des personnes importantes, et ça ne date pas d'avant hier !
La reconnaissance n'est pas acquise a une corporation, mais à celui ou celle qui la mérite. et il/elle l'a toujours eu. (ou pas)
quelque soit le métier.

PS: pour Marie: ce n'est pas parcequ'on n'est pas d'accord qu'on va se facher hein ?
:je t aime bien
Homme Avatar de l’utilisateur
tmartin
Membre confirmé
Membre confirmé
 
Âge: 60 ans
Messages: 556
Recettes: 0
Enregistré le: Lundi 02 Nov 2009, 12:20
Pays: Reunion (re)
Macarons: 6,458.00
Point de réputation: 113
A remercié: 1 fois
A été remercié: 16 fois

Messagepar Marie le Vendredi 12 Fév 2010, 14:03 Sujet du message: Re: Le « sens » de l’artisan

tmartin a écrit:PS: pour Marie: ce n'est pas parcequ'on n'est pas d'accord qu'on va se facher hein ?
:je t aime bien


Diable ! Nulle fâcherie dans mon propos précédent ! Juste une précision sur les raisons qui font que je ne participerai pas plus longuement à votre débat, rien de plus ! Vos interventions sont tout à fait pertinentes et comme déjà dit maintes fois en d'autres occasions, on retire toujours du bénéfice à écouter (ou lire) les opinions divergentes, et c'est bien là une des raisons d'être de BN puisque la progression de chacun est au bout du chemin. Voila c'est tout !

Bonne continuation.
:bonpain
Image
Femme Avatar de l’utilisateur
Marie
Modérateur
Modérateur
 
Âge: 58 ans - poissons poissons
Messages: 10260
Recettes: 0
Enregistré le: Mardi 02 Mar 2004, 15:45
Localisation: IDF
Pays: France (fr)
Macarons: 29,904.00
Firefox: Firefox 
Point de réputation: 298
A remercié: 34 fois
A été remercié: 202 fois


Retourner vers L'artisanat

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

 
  • Messages en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message
foodnchefs
Plastiquette point com
PUB
Publicité
Moulins de Cherisy

Boulangerie NetBoulangerie Net

Contact - Présentation - Edition SASU BN ©
Ascraeus - PhpBB-fr - SiteParc

Le flux des actualités Boulangerie NetBoulangerie Net sur FacebookBoulangerie Net sur TwitterBoulangerie Net Channel sur Youtube