|
Moulins de Chars
Compagnon
EASYBOX
Boulangerie.NET
Le portail des artisans
Connexion
Interim Co
Panessiel
Rubaco-Etiquette


Connexion avec un réseau social:

Messagepar Picola le Jeudi 14 Fév 2013, 14:59 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

Phili2pe a écrit:- être fidèle au poste dans votre labo avec 40 de fièvre vaillant artisan mais en exécrant tout ce ramassis de fainéants et en en vous laissant gagner par l'aigreur et payer des cotisations pour tout ces connards qui se sont mis en arrête maladie à cause de la grippe en ne voulant pas se faire vacciner et qui font des dépenses de la sécu qui aurait pu être évitées?...
-payer 6€ le vaccins à vos employés et un carton de produits désinfectants pour les mains?
camarade!!! choisis ton camp...

Tu as raison camarade mais lis quand même ceci, après tu comprendras mieux ce que la Sécu aurait pu économiser.

ENQUETE - Les derniers vaccins vont être incinérés d'ici novembre [2011]. Seuls 310.000 ont pu être revendus. (12 septembre 2011)

Le communiqué est presque passé inaperçu cet été. Publié en plein mois d'août, il annonçait que la France allait incinérer ses derniers lots de vaccins contre la grippe A d'ici au mois de novembre. Aujourd'hui, la France est donc en train de brûler les derniers stocks de vaccins qui n'ont pas été utilisés depuis 2009. A l'époque, le pays s'était retrouvé avec près de 20 millions de doses de vaccins contre la grippe A sur les bras.

9 millions de vaccins doivent être incinérés d'ici novembre [2011]

Il reste désormais 9 millions de doses de vaccins à brûler. Au fur et à mesure que les lots sont périmés, ils sont incinérés. Pour liquider l'intégralité du stock, 3 millions de vaccins vont ainsi être brûlés chaque mois jusqu'en novembre.

Une des usines en charge de l’incinération des stocks est basée à Salaise-sur-Sanne , près de Lyon. Tout y est très automatisé et personne ne touche aux vaccins. "La seule intervention consiste à les transporter jusqu'à un ascenseur", explique Alexandra, qui travaille dans cette société lyonnaise spécialisée dans l’élimination des produits pharmaceutiques. "Les vaccins sont ensuite incinérés à 900 degrés", précise-t-elle.

Seuls 310.000 vaccins ont pu être revendus

Après la campagne de vaccination , Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé de l’époque, avait pourtant fait savoir que des négociations étaient en cours pour revendre des millions de vaccins à d’autres pays. Ses négociations n'ont pas eu beaucoup de résultats. Selon les informations d'Europe 1, sur les quelque 20 millions de vaccins de stock, la France n'a revendu que 310.000 doses : 300.000 au Qatar et le reste à Monaco.

L’Egypte aussi devait racheter à la France quelques millions de doses mais elle s’est finalement rétractée. C'est qu'il y a eu beaucoup de concurrence avec d'autres pays qui cassaient les prix pour revendre leurs surplus de vaccins.

Des vaccins ont été donnés à l'OMS

Pour réduire ses stocks, la France a aussi fait des dons à l’Organisation mondiale de la santé qui a reçu une énorme quantité de vaccins. Ce qui a conduit parfois à des situations surréalistes. Ainsi, en Centrafrique, Marc Gentilini, ancien patron de la Croix-Rouge et membre de l’Académie de médecine, a vu arriver dans des services de pédiatrie désargentés des vaccins contre la grippe A en provenance de France.

Alors qu'il interrogeait un responsable local sur l'utilité de ce vaccin, Marc Gentilini a reçu cette réponse : "C'est le don de la France. Ce sont des vaccins qu'elle a donnés à l'OMS pour les distribuer dans les pays pauvres".
"C'est le don de la France" :

L'achat des vaccins aura coûté plus de 392 millions d'euros

La facture de ces opérations d'incinération de vaccins tourne autour de 50 à 60.000 euros. Mais c'est le dernier chiffre à ajouter à une addition déjà très élevée. Car, au total l’achat des vaccins aura coûté à la France un peu plus de 392 millions d’euros. Dans cette addition, il faut compter un chèque de 48,5 millions d’euros fait aux laboratoires pour les commandes de vaccins annulées…

Aujourd'hui, Roselyne Bachelot ne souhaite pas faire de commentaire sur ce dossier. Tout comme l'ancienne ministre de la Santé, la plupart des protagonistes du feuilleton grippe A disent que c’est une affaire classée. Un conseiller lâche quand même cette phrase : "ça nous servira de leçon pour la prochaine fois, car il y aura une prochaine fois".

http://www.europe1.fr/France/Les-vaccins-de-la-grippe-H1N1-sont-brules-712915/


Et on ne compte même pas le coût des masques et des flacons de désinfectant pour les mains de cette vaste opération sanitaire pour ne pas dire autre chose !
Homme Avatar de l’utilisateur
Picola
Administrateur
Administrateur
 
Âge: 70 ans - sagittaire sagittaire
Messages: 6849
Recettes: 0
Enregistré le: Lundi 15 Sep 2003, 17:31
Localisation: 38°42'47.00 N - 9º26'17.73 W
Pays: Portugal (pt)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 12,190.00
Explorer: Explorer 
Point de réputation: 65
A remercié: 0 fois
A été remercié: 5 fois

Messagepar Phili2pe le Jeudi 14 Fév 2013, 16:21 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

Reivilo et Picola un exemple:

votre gosse alors que vous l'avez averti fait une grosse bêtise alors que vous l'avez averti. La bêtise vous coûte un max de fric sans espoir de remboursement, vous râlez, vous l'enguirlandez sévère mais vous faites jouer la solidarité familiale intergénérationnelle ...
mais en attendant les vacances prévues vous passent sous le nez parce que la bêtise a vraiment coûér un max ...

et ben la sécu c'est pareil, c'est la solidarité, quand vous tombez malade ça coute un max à tous..; aujourd'hui pour payer les arrêts maladie on fait de la dette et on "raquette" même les artisans -enfin c'est eux qui le disent :Cool ...- sur 1€ perçu par le salarié , 1,7€ a été déboursé et les 0,7 sont parties là dedans -et ça ne suffit - pas...

on vaccine 6€ -pas remboursé hélas et le pharmacien peut vous le faire à l'oeil- , au poil du ****** près c'est 1/2heure de smic horaire,
si le salarié est malade il a un arrêt de 3 jours, il perd 3 jours de salaires (sauf accord) le patron perd sa productivité, si c'est plus de 3 jours on fait 50€ la journée, 2 jours de plus, 100€ à la sécu
en sachant que 2 à 7 millions de Français sont touchés chaque année...

6€-100€ le choix est difficile..; oulalalalalala!!!!, mes filles 5 et 4 ans je pense ferait le bon choix...

le droit d'être malade (c'est rigolo ça le droit d'être malade) ça a un gros coût... par en exemple en Suède ou Norvège -ou c'est pas des tapettes en matière de protection sociale- on fait un choix pour conserver un bon congés maternité, Madame si elle accouche à 8h à la maternité est dehors à 17h le soir même -" journées d’hôpital économisées-

et l'exemple de la grippe H1N1 c'est se cacher derrière sont petit doigt... 392 millions d'Euros

En France, en période épidémique, près de 70 % des adultes grippés ayant un emploi ont en moyenne 4,8 jours d’arrêt de travail provoquant un absentéisme évalué à 2 millions de journées de travail pour les épidémies faibles et jusqu’à 12 millions pour les épidémies intenses, qui peuvent désorganiser la vie économique et sociale.

un petit calcul entre le remboursement sécu, les cotisations qui rentre pas et le coût sur la productivité?

effectivement si on ne vois pas plus loin que le bout du tapis d'enfournement, y a pas de soucis

pour le chômage et Reivilo

je connais très peu de chômeurs qui le clament sur les toits car c'est vécu comme une honte (y en a eu quand même 1 million en plus)... donc ça doit influencer sur la perception,

Pis le chômeur il achète assez souvent encore une baguette ...


quand à la galette ils ne la font pas parce que c'est moins cher (explication de comptoir) ils la font parce que justement ces technologies modernes les coupent de quelque chose plus "nature", plus authentique... et ils ont l'impression de retrouver de "l'authentique" en la faisant, d'où le succès de la cuisine... l'authentique en ville (80%) de la population c'est dur à voir sous le bitume, mais c'est plus mieux avec le bio et les bons produits du terroir...

en France du fait de l'amortisseur social nous n'avons jamais retrouvé un plein emploi (5%) , au mieux nous avons fait à peine en dessous de 8% alors que les autres oui, mais ils ont fait mal à la protection sociale...

le chômage existe bien mais justement on nous pique plein de sous pour le planquer....

et pour voir plus loin que le bout du tapis d'enfournement et le fond de la poche à douille, les milieux économiques parlent des 30 glorieuses a suivi les 30 piteuses -en France depuis 70 c'est pas brillant- et nous sommes maintenant dans les 10 douloureuses...pétrole ou pas, raison X ou Y personne ne voit de croissance dans les 10 prochaines années...

moi je pense qu'il faut s'organiser pour vivre sans mais j'aimerais bien que Leroidek apporte des réponses plus précises à mes questions, lacunes...
Homme Avatar de l’utilisateur
Phili2pe
Membres supporters
Membres supporters
 
Âge: 43 ans - capricorne capricorne
Messages: 1008
Recettes: 0
Enregistré le: Samedi 08 Sep 2007, 22:44
Localisation: Meudon la Forêt
Pays: France (fr)
Macarons: 1,633.00
Explorer: Explorer 
Point de réputation: 10
A remercié: 11 fois
A été remercié: 4 fois

Messagepar Reivilo le Jeudi 14 Fév 2013, 16:41 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

pas remboursé par la sécu mais par la mutuelle, on paye une mutuelle ce n'est pas pour rien...

quand à la croissance, ce n'est pas en attendant sagement dans le fauteuil pour voir si peut être ou pas demain sera pire que l'on avancera

tu peux aussi bien mourir demain tu ne le sauras jamais

on m'a donné la chance d'exercer le métier que j'aime avec mon conjoint je la prends

mais ce n'est pas en criant au loup pendant plusieurs années comme il le fait que ça avancera quelque chose.

Si je l'avais écouté, je n'aurais pas fait construire ma maison, ni repris de commerce. Et pourtant ma maison de 6 mois vaut maintenant plus que ce qu'elle m'a couté si je la revendais maintenant (et l'entreprise aussi mais ça c'est le facteur chance et courage). Donc bon...

Il pourra seulement crier victoire je vous l'avais dit quand un cycle passera (il y a toujours eu des chutes économiques et il y en aura encore). Mais franchement ce qui me gave un peu c'est qu'il le dit depuis 6 ans :-)
« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles », Oscar Wilde
Boulangerie vendue!
En mode je profite de ma famille. : )
Homme Avatar de l’utilisateur
Reivilo
Animateur
Animateur
 
Âge: 29 ans
Messages: 5864
Recettes: 0
Enregistré le: Mardi 27 Jan 2009, 18:07
Pays: France (fr)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 52,946.00
Point de réputation: 88
A remercié: 95 fois
A été remercié: 170 fois

Messagepar Phili2pe le Jeudi 14 Fév 2013, 16:56 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

mon post ne venait pas en justification de celui de Leroidek, j'ai fait uniquement les calculs pour vérifier et voir... d'ailleurs je lui demande un complément d'infos

maintenant moi je suis du côté de la prise de risque mais pas forcément de la témérité, je suis d'un naturel optimiste et je pense que nous trouverons les idées pour faire face mais que la pilule sera dur à avaler...

par exemple au niveau protection sociale, tu n'auras plus" tant le droit d'être malade" , mais l'obligation de faire de la prévention...
si pas vacciner moins remboursé ... y a qu'à s'arranger avec le médecin ... pas sur ... car eux aussi ils vont mangé durs... les temps vont être à la sobriété, pour tous...

etc, etc,
Homme Avatar de l’utilisateur
Phili2pe
Membres supporters
Membres supporters
 
Âge: 43 ans - capricorne capricorne
Messages: 1008
Recettes: 0
Enregistré le: Samedi 08 Sep 2007, 22:44
Localisation: Meudon la Forêt
Pays: France (fr)
Macarons: 1,633.00
Explorer: Explorer 
Point de réputation: 10
A remercié: 11 fois
A été remercié: 4 fois

Messagepar Reivilo le Jeudi 14 Fév 2013, 17:14 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

J'ai déja répondu il y a quelques temps sur un autre post du forum a des affirmations totalement fausses de leroidek sur le pétrole et le prix des matières première.
Je crois qu'il a surtout et ca peux se comprendre un sérieux problème depuis que sa dernière entreprise a failli apres avoir eu plusieurs succès avant pourtant.
Moi je pense que le grosde la crise est en ce moment et notamment depuis septembre 2012, mais qu'elle ne durera pas éternellement, des crises il y en a eu et des plus graves avant guerre.
Les boulangers mauvais qui auparavant s'en sortait aujourd'hui ne s'en sortiront certainement plus, meme si certains tres bon peuvent egalement se planter. Je pense par ailleurs que la qualité doit être l’alliée des artisans boulangers et ne pas chercher le prix que nous ne pouvons pas tenir avec les gms.

reivilo homme
« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles », Oscar Wilde
Boulangerie vendue!
En mode je profite de ma famille. : )
Homme Avatar de l’utilisateur
Reivilo
Animateur
Animateur
 
Âge: 29 ans
Messages: 5864
Recettes: 0
Enregistré le: Mardi 27 Jan 2009, 18:07
Pays: France (fr)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 52,946.00
Point de réputation: 88
A remercié: 95 fois
A été remercié: 170 fois

Messagepar Reivilo le Jeudi 14 Fév 2013, 17:15 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

Si tu as écouté europe 1 ce matin tu sais que ce qui coûte le plus à la sécu c'est notamment tous les actes médicaux effectués qui ne servent à rien, tous ces tests que l'on refait car ils n'ont pas été fait par l'endroit accueillant (prise de sang-radios). Les perfusions mis en place pour faciliter les futurs soins au cas où. J'irais plus loin, tous les remboursements de visite de généraliste parce que madame à mal à la tête... Si compliqué d'aller à la pharmacie acheter un dafalgan? 1,95€ Tout en sachant que c'est ce qu'il va lui prescrire? 1e pour la consultation non remboursée et 50 par boite? Le reste pris en charge par la mutuelle qu'elle paye et payera plus cher à force d'augmenter les remboursements annuels?

J'ai eu un apprenti qui faisait déplacer son docteur pour une angine chez lui! Apparemment ce médecin est connu pour ça.

Une bonne claque aux fesses à tous ceux là et tu verras comment se portera la sécu...Les abus voilà où il faut agir et certainement pas en demandant aux patrons de payer des vaccins. Quand au droit d'être malade, ce n'est pas parce qu'un ouvrier s'arrête que la boutique va acheter des cartons, soit le patron fait face, soit les ouvriers présents font plus d'heures. J'ai jamais vu l'inverse.

Bon ben je précise reivilo femme ^^
« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles », Oscar Wilde
Boulangerie vendue!
En mode je profite de ma famille. : )
Homme Avatar de l’utilisateur
Reivilo
Animateur
Animateur
 
Âge: 29 ans
Messages: 5864
Recettes: 0
Enregistré le: Mardi 27 Jan 2009, 18:07
Pays: France (fr)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 52,946.00
Point de réputation: 88
A remercié: 95 fois
A été remercié: 170 fois

Messagepar Phili2pe le Jeudi 14 Fév 2013, 19:32 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

j'écoute Inter...

la réforme de la protection sociale si elle est correctement faite va nous imposer un parcours de santé... et les médecins seront en quelque sorte "fonctionnarisés"

pour la croissance donc pour revenir au sujet du post, je ne crois pas qu'elle reviendra sous la forme que l'on connait, là...

je regarde C dans l'air, et aucun économiste de gauche, de droite, de ce qu'on voudra ne voit revenir la croissance, la gâteau grandira peu maintenant il va falloir mieux le partager, et optimiser la recette...

On vit un tournant de société, je crois que ça il faut l'accepter... la boulange de ces 30 dernières années doit céder la place à une autre boulange à inventer... perso j'ai pas la carrure pour l'inventer même si j'ai quelques idées derrière ma petite tête
Homme Avatar de l’utilisateur
Phili2pe
Membres supporters
Membres supporters
 
Âge: 43 ans - capricorne capricorne
Messages: 1008
Recettes: 0
Enregistré le: Samedi 08 Sep 2007, 22:44
Localisation: Meudon la Forêt
Pays: France (fr)
Macarons: 1,633.00
Explorer: Explorer 
Point de réputation: 10
A remercié: 11 fois
A été remercié: 4 fois

Messagepar Lionel le Jeudi 14 Fév 2013, 21:09 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

Les vaccins c'est bien pour certaines maladies. Pour la grippe je ne suis pas sûr car elle peut prendre plusieurs formes et même vacciné vous pouvez tomber malade. Au mieux vous serez moins touché au pire le vaccin sera inefficace. Il faudrait un vaccin avec un spectre plus large. Le problème c'est que le corps ne sais plus se défendre au final on l'habitue à être fainéant.

Dans les arrêts maladie je reste persuadé qu'une bonne partie de ces arrêts sont abusif que ça soit sur une partie du temps de l'arrêt ou sur la totalité de l'arrêt lui même. Du coup pour le H1N1 ça ne change pas grand chose, les français n'ont pas attendu cette maladie pour se mettre en arrêt. Il faudrais vraiment un système de contrôle bien plus performant pour éviter les abus.

L'avenir est moins rose mais la vie continue et il faut se dire que tant qu'on ne vis pas la guerre le pire est évité. Je pense qu'il faut rester confiant coûte que coûte car à notre niveau c'est difficile de changer quelquechose volontairement. Les changements se feront inconsciemment en fonction de notre façon de vivre et comme elle va forcément changer ça auras une influence sur notre avenir.

C'est difficile de dire tiens je vais acheter cette paire de chaussures à 50 euros car elle est fabriquée en France plutôt que celle ci qui est vendu 20 euros car provenant de Chine pourtant c'est ce geste là qui nous met au chômage, on scie la branche sur laquelle on est assis...
L'homme de la pampa, parfois rude mais toujours courtois...
Homme Avatar de l’utilisateur
Lionel
Modérateur
Modérateur
 
Âge: 43 ans - poissons poissons
Messages: 11373
Recettes: 0
Enregistré le: Mercredi 03 Sep 2003, 18:19
Localisation: 48°53'19.78"N 2°12'46.49"E
Pays: France (fr)
Catégorie: Artisan en activité
Macarons: 6,609.00
Firefox: Firefox 
Point de réputation: 108
A remercié: 68 fois
A été remercié: 81 fois

Messagepar Phili2pe le Jeudi 14 Fév 2013, 21:37 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

Lionel a écrit:Les vaccins c'est bien pour certaines maladies. Pour la grippe je ne suis pas sûr car elle peut prendre plusieurs formes et même vacciné vous pouvez tomber malade. Au mieux vous serez moins touché au pire le vaccin sera inefficace. Il faudrait un vaccin avec un spectre plus large. Le problème c'est que le corps ne sais plus se défendre au final on l'habitue à être fainéant.


non, le vaccin entraîne le corps, il se sert de sa propre capacité à se défendre contre les virus... pour faire court un virus attaque, le corps est malade une semaine mais c'est lui en sécrétant des anticorps qui a vaincu la maladie mais il a fallu une semaine, il garde en mémoire le virus et la défense appropriée, le vaccin est un virus "désactivé" qui va faire que le corps fabrique des anticorps après l'injection du virus, il garde en mémoire la fabrication des anticorps en cas d'attaque la réponse au lieu de durée une semaine est instantanée...


Lionel a écrit:Dans les arrêts maladie je reste persuadé qu'une bonne partie de ces arrêts sont abusif que ça soit sur une partie du temps de l'arrêt ou sur la totalité de l'arrêt lui même.

non ils ne sont pas abusifs mais on pourrait en prévenir certains par une bonne prévention ou une bonne prophylaxie qui coûtent beaucoup moins chères que de soigner... imaginons plus de fumeurs... le nombre de cancer du poumons s'effondre et c'est un des cancers qui a le moins d'espérance de guérison (15%) or on traite quand même avec des traitement honéreux, une infrastructure honéreuse etc...
tout le monde y gagne : moins de drame familiaux;
moins d'arrêts de longue maladie etc... l'exemple des fumeurs est facile mais on peut le multiplier à l'envie, exemple la gastro (contamination oro fécale autrement dit ingestion de bactéries qui viennent des excréments... hygiène des mains et le problème est résolu)

Lionel a écrit:
L'avenir est moins rose mais la vie continue et il faut se dire que tant qu'on ne vis pas la guerre le pire est évité.


non mais l'agitation sociale comme on ne l'a pas connu depuis longtemps en France est peut-être à redouter face au changement et aux coupes qui s'annoncent dans tous les budgets... et quand je dis cela croyez-moi je suis pas fier car je n'ai pas l'habitude de voir l'avenir en gris: "quand on dit aux gens que rien de va changer qu'on va protéger leur emplois coûte que coûte alors qu'on sait très bien que ce n'est pas possible et qu'il faudrait mieux accompagner à des reconversions et des formations c'est allumer la mèche à plus d'un bâton de dynamite"...
Homme Avatar de l’utilisateur
Phili2pe
Membres supporters
Membres supporters
 
Âge: 43 ans - capricorne capricorne
Messages: 1008
Recettes: 0
Enregistré le: Samedi 08 Sep 2007, 22:44
Localisation: Meudon la Forêt
Pays: France (fr)
Macarons: 1,633.00
Explorer: Explorer 
Point de réputation: 10
A remercié: 11 fois
A été remercié: 4 fois

Messagepar Phili2pe le Jeudi 14 Fév 2013, 22:11 Sujet du message: Re: Quel avenir pour nos entreprises ?

lu ici

Nous connaissons désormais, depuis ce matin, le niveau de la croissance au quatrième trimestre et savons donc que la fin 2012 s’est terminée sur une récession (-0,3%). Tous les experts dissèquent les chiffres publiés par l’Insee, qui montrent que l’année dernière, la croissance a été de zéro On peut ausculter chaque moteur, ceux qui ont cassé, ceux qui ont tenu. On sait également que le gouvernement a officiellement indiqué qu’il ne respecterait pas l’objectif d’un déficit public égal à 3% du PIB cette année, lequel aveu est inédit si tôt dans l’année (le 13 février !) et illustre ô combien la France n’est pas crédible.
Mais il existe une autre façon de lire les chiffres publiés par l’Insee. A la fin 2012, la France n’avait toujours pas retrouvé le niveau d’activité du début de l’avant-crise, cinq ans n’ont pas effacé la crise. C’est totalement inédit depuis 1945. Et c’est évidemment intéressant.
Comment le sait-on ? L’Insee a eu la gentillesse, pour nous à France Inter ce matin, de faire un calcul et un tableau. Le point haut de la conjoncture, c’était début 2008. Eh bien, si ce point est un indice 100, le niveau d’activité, fin décembre, était de 98,88. Avec cette courbe très simple, on voit ce qui s’est passé. La grosse dépression de 2009, la remontée de 2010 grâce à une politique de soutien budgétaire énorme, puis, à nouveau, le calme plat depuis.
PIB Base 100 2008T1
2007T1 447,3 98,43
2007T2 449,5 98,93
2007T3 451,5 99,36
2007T4 452,9 99,67
2008T1 454,4 100,00
2008T2 451,7 99,40
2008T3 449,3 98,87
2008T4 442,3 97,35
2009T1 434,9 95,70
2009T2 434,8 95,69
2009T3 435,3 95,81
2009T4 437,7 96,34
2010T1 439,0 96,60
2010T2 441,8 97,23
2010T3 443,7 97,65
2010T4 445,7 98,09
2011T1 449,4 98,91
2011T2 449,6 98,95
2011T3 450,5 99,13
2011T4 450,8 99,20
2012T1 450,3 99,11
2012T2 449,9 99,01
2012T3 450,5 99,16
2012T4 449,3 98,88
Quelle lecture faire de cette information ? Sur le plan politique, on voit que le début de François Hollande n’est pas plus brillant que la fin de Nicolas Sarkozy. Ou l’inverse et réciproquement ! Sur le plan économique, quelque chose saute aux yeux : cinq ans pour rien, cinq ans de croissance zéro en moyenne, cela n’était pas arrivé depuis trois générations et demi. Tous ceux qui prônent la main sur le coeur les vertus de la croissance zéro l’ont sous les yeux, ils devraient jubiler, et on ne les voit pas jubiler. Ils rasent les murs. Si on voulait vraiment être caustique, on remarquerait qu’en réalité l’activité par tête a baissé puisque le nombre de Français a nettement augmenté en cinq ans.
Quoi d’autre ? La vraie question, à laquelle malheureusement on n’a pas de réponse, est : cette panne, est-ce un trou d’air plus long que les autres ? Ou est-ce un changement de couche dans l’atmosphère ? Autrement dit, après la crise financière, la convalescence est lente mais le malade remarchera-t-il comme avant ? Ou il y a quelque chose de cassé et de toute façon il faut s’habituer à une croissance nulle ou presque ?
Et alors ? Les deux thèses existent. Côté gris clair, on voit que les Etats-Unis repartent, c’est presque un miracle même si cela a été long ; mais tout leur est pardonné, la planche à billets, des déficits abyssaux ; et donc cela finira par repartir chez nous aussi ; c’est le pari du gouvernement ; côté gris foncé, on constate en France une panne de productivité des entreprises et du secteur public inquiétante. La production industrielle, elle, n’est pas au même niveau qu’en 2008, mais 16% en dessous.
La conclusion ? Le plus probable est que la crise, en France, est structurelle et qu’il ne sert pas à grand-chose de guetter le retour de la croissance comme Ariane
Homme Avatar de l’utilisateur
Phili2pe
Membres supporters
Membres supporters
 
Âge: 43 ans - capricorne capricorne
Messages: 1008
Recettes: 0
Enregistré le: Samedi 08 Sep 2007, 22:44
Localisation: Meudon la Forêt
Pays: France (fr)
Macarons: 1,633.00
Explorer: Explorer 
Point de réputation: 10
A remercié: 11 fois
A été remercié: 4 fois

PrécédenteSuivante

Retourner vers L'artisanat

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

 
  • Messages en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message
foodnchefs
Plastiquette point com
PUB
Publicité
Moulins de Cherisy

Boulangerie NetBoulangerie Net

Contact - Présentation - Edition SASU BN ©
Ascraeus - PhpBB-fr - SiteParc

Le flux des actualités Boulangerie NetBoulangerie Net sur FacebookBoulangerie Net sur TwitterBoulangerie Net Channel sur Youtube